Attention
Cette page est une version archivée du site de l'Alliance Saison 1.
Les informations ici publiées ne sont plus mis à  jour.
Afin de connaitre l'actualités de l'Alliance pour la planète Saison2 veuillez vous rendre à  l'adresse
http://lalliance.fr


Le Blog du Grenelle de l'environnement Carte de France des Projets Grenello-incompatibles Le Réseau Environnement Santé L'Observatoire Indépendant de la Publicité

#  Modifé le 18/05/2009 à 11h28.

FLINS, SYMBOLE DE LA MORT DU GRENELLE ?

A l’occasion de la mobilisation contre le circuit de Formule 1 à Flins, l’Alliance pour la planète rappelle son opposition au projet et dénonce l’enlisement du Grenelle.

Communiqué de presse, 18 mai 2009

Plus de 500 personnes ont manifesté samedi 16 mai à Versailles contre le projet de circuit de Formule 1 à Flins (78).


Crédits : D.Vailly/L.Primault

Surpris par la crise financière et économique, le gouvernement semble incapable d'assurer une relance économique compatible avec les engagements du Grenelle. «Ce projet de circuit de formule 1 est la caricature d'un projet économique dépassé et la caricature d'une négation des engagements du Grenelle » résume Serge Orru, Directeur de WWF-France, qui précise que le circuit serait implanté sur une zone de captage d'eau potable qui était réservée à l'agriculture biologique. L'Alliance pour la planète constate que les espoirs mis par la société civile sont aujourd'hui largement déçus. « Les organisations membres de l'Alliance ont l'impression qu’on se sert de la crise comme d’un alibi pour ne pas respecter les engagements ambitieux affichés au moment du Grenelle fin 2007 » ajoute Serge Orru.

Alors que Jean-Louis Borloo annonce les succès du Grenelle et met quiconque au défi de citer un seul engagement qui n’aurait pas été engagé (LeMonde, 15 mai 2009), L’alliance pour la planète rappelle d’une part qu’un certain nombre d’engagements du Grenelle auraient dû être mis en oeuvre dès 2008. Or, non seulement la loi d'orientation Grenelle 1 n'est toujours pas adoptée, mais il est de moins en moins probable que les décrets d'application de la loi Grenelle 2 voient le jour avant fin 2010. D’autre part, une partie des engagements ne sera pas tenue, faute de volonté politique. « Le pari du Grenelle reposait sur le volontarisme des acteurs comme les entreprises ou les collectivités. Le Gouvernement n’a jamais eu la main sur ces acteurs et encore moins en période de crise » rappelle Pascal Husting, Président de Greenpeace France.

Un bref aperçu des mesures les plus emblématiques qui ont disparu ou subissent un retard de plus d’un an:

  • Le schéma national des infrastructures de transports (SNIT) n’est toujours pas adopté alors qu’il aurait dû l’être avant mars 2008 (engagement n°14)
  • Les conclusions concernant la contribution climat-énergie auraient due être remises au printemps 2008 (engagement n°68). Nous attendons toujours.
  • L’audit des mesures fiscales défavorables à l’environnement (engagement n°83), promis en 2008, n’a pas été commencé. L’objectif d’atteindre 6% de la Surface Agricole Utile (SAU) en agriculture biologique en 2010 (engagement n°121) a été une première fois repoussé de 2 ans mais ne sera pas tenu : alors qu’il faut 3 ans à un agriculteur engagé dans le biologique pour obtenir sa certification et que nous n’avons que 2% de bio, nous n’aurons au mieux que 2,5 % en 2012.
  • La création d’une Haute Autorité de Protection de l’Alerte et de l’Expertise (engagement n°194 et 195) a disparu des lois Grenelle.
  • La création d’un nouvel indicateur de développement durable comme le PIB vert (engagement n°214) n’est plus à l’étude

#  Modifé le 07/05/2009 à 16h53.

Agriculture biologique - Rallonge pour les conversions : trop peu, trop tard ?

Communiqué de presse

Paris, le 7 mai 2009

Prévenu depuis plusieurs semaines de la faiblesse de l’enveloppe prévue en 2009, Michel Barnier, a finalement réagi à quelques jours de la date limite de dépôt des dossiers de demandes de conversions en annonçant une rallonge de 3 millions d’euros en faveur des conversion à l’agriculture biologique. Si la FNAB accueille favorablement cette mobilisation de 6 M € supplémentaires (avec la part de Bruxelles), elle craint toutefois que cela ne soit pas suffisant face à ses propres estimations. En tout état de cause, cette nouvelle enveloppe arrive trop tard pour les producteurs qui ont déjà renoncé à présenter un dossier cette année, pour les Préfets encore indécis sur le déplafonnement des aides, et pour les conseillers chargés de la préparation des dossiers de conversion.

La FNAB avait depuis plusieurs semaines averti le Ministre de l’agriculture et son cabinet des problèmes de financement des conversions pour 2009 : par exemple, dans le Centre ou en Languedoc Roussillon, les besoins estimés étaient respectivement de 4,8 M € (pour 3 000 ha) et 7 M € ( pour 2 900 ha), pour des enveloppes disponibles de 2,3 M € et 3 M €. Les préfets avaient également tiré la sonnette d’alarme et replafonné les aides dans certains cas, risquant ainsi de décourager un certain nombre de candidats.

A une semaine de la date limite de dépôt des dossiers de conversions, nous ne pouvons qu’attendre de voir ce que provoqueront ces 6 M € supplémentaires (Etat et Europe). Ce qui est certain, c’est que ce ne sera ni suffisant par rapport aux demandes exprimées en début d’année, ni suffisant par rapport aux objectifs du Grenelle de parvenir à tripler les surfaces bio en 2013. Et si l’enveloppe 2009 devait finalement ne pas être dépensée dans sa totalité, ce ne pourra être que parce que des producteurs auront été découragés par le manque de visibilité jusqu’à aujourd’hui.

Contact presse: Vincent Perrot : 01.43.38.39.48 ou 06.84.10.43.79

#  Modifé le 28/04/2009 à 11h03.

Lettre ouverte au Président de la République Paris le 27 Avril

ONG unis pour des grands projets respectant l'environnement

Objet : Projet de circuit de Formule 1 à Flins Les Mureaux Yvelines

A l'occasion de votre discours de clôture du Grenelle de l'environnement le 25 octobre 2007, vous avez énoncé deux principes fondamentaux :

  1. « tous les grands projets seront arbitrés en intégrant leur coût pour le climat et la biodiversité. Très clairement, un projet dont le coût environnemental est trop lourd sera refusé.
  2. « ce sera aux projets non écologiques de prouver qu'il n'était pas possible de faire autrement. Les décisions dites non écologiques devront être motivées et justifiées comme ultime et dernier recours »

Le projet de construction d'un circuit de Formule 1 à Flins, dans les Yvelines, constitue une entrave flagrante à ces deux principes.

Le territoire choisi abrite le deuxième plus grand captage d’eau potable d’Ile-de- France. Afin de préserver cette ressource fragile et conformément aux engagements résultant du Grenelle de l’Environnement, il avait été prévu que la propriété du périmètre de protection serait transférée à l’Agence Régionale des Espaces Verts pour y déployer une activité d’agriculture biologique.

Le Grenelle avait prévu d’atteindre 6 % d’agriculture biologique en 2010. Nous savons déjà que cet objectif ne sera pas tenu. Comment croire à un changement possible de notre modèle de croissance économique vers une croissance verte si un circuit de Formule 1 peut être implanté sur une parcelle de 175 hectares destinée à l’agriculture biologique ?

Par ailleurs, notons que ce projet de circuit présente d’ores et déjà un coût faramineux pour des retombées économiques négligeables. Ajoutons également que l’équilibre économique de son fonctionnement n’est nullement assuré sans subventions publiques massives et que ce projet ne sera pas créateur d’emplois pérennes.

Enfin, qui croire ? Le Ministre de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire qui assure que ce projet ne verra pas le jour, ou le Président du Conseil Général des Yvelines, qui affirme le contraire ?

Nous comptons sur vous, Monsieur le Président, pour respecter l’esprit du Grenelle de l’environnement et réaffirmer la priorité accordée à une croissance verte. Nous comptons sur votre appui pour que l’on revienne au projet initial d’agriculture biologique protecteur du captage d’eau et que la vallée de la Seine puisse devenir la Vallée du Développement durable grâce à des investissements publics tournés vers un développement économique respectueux de l’environnement et créateur d’emplois.

En vous remerciant de l’attention que vous prêterez à ce message, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre très haute considération.

Contact presse : Alliance pour la planète
Lionel PRIMAULT
06 20 60 19 40
lionel.primault[at]lalliance.fr

#  Modifé le 27/04/2009 à 07h11.

INVITATION PRESSE DU RESEAU ENVIRONNEMENT SANTE

« Les preuves scientifiques indiscutables de la toxicité du BisPhénol A »

Lundi 27 Avril Conférence de Presse à 17 heures

avec la participation de :
  • Ana SOTO et de Carlos SONNENSCHEIN

Ana SOTO et Carlos SONNENSCHEIN sont Professeurs de biologie cellulaire à la Faculté de Médecine de l’Université Tufts à Boston.
Ils sont à l’origine de la découverte des effets du Bisphénol A et ont lancé la Déclaration de Wingspread en 1991 sur les risques liés aux perturbateurs endocriniens.

Et avec les interventions de :
  • Denis BAUPIN, adjoint à l’Environnement à la Mairie de Paris
  • Jean-Marie LE GUEN, adjoint à la Santé à la Mairie de Paris

La Mairie de Paris a pris la décision d’éliminer les biberons au Bisphénol A dans les crèches.

  • Lieu : Chai de Bercy rue Paul Belmondo 75012 PARIS
  • Metro : Bercy (Lignes 6 et 14) ou Cour Saint Emilion (Ligne 14)
  • Station Velib’ : 61 rue de Bercy et 28 rue François-Truffaut

#  Modifé le 31/03/2009 à 10h47.

Communiqué de presse – Collectif Flins sans F1 – 24 mars 09

Ce n’est pas le circuit de Formule 1 qui relancera l’économie dans les Yvelines

Derrière le maquillage d’un plan de relance, le Conseil général des Yvelines vient de voter en faveur de la construction d’un circuit de Formule 1 qui est présenté comme étant de Haute Qualité Environnementale. Le Collectif Flins sans F1 dénonce cette opération de tromperie écologique et économique, le lien faussement établi entre recherche et Formule 1 et les nuisances notamment sonores infligées aux « Yvelines pauvres » en agitant le chiffon rouge d’hypothétiques emplois.

Ce projet de circuit menace le 2ème plus grand captage d’eau potable des Franciliens et confisque des terres réservées à de l’agriculture biologique qui sont en partie inondables. Flins sans F1 ne veut pas échanger une dégradation certaine de l’environnement contre les retombées économiques illusoires d’un Grand Prix de F1.

L’image de la voiture a changé. C’est la voiture économe qui est maintenant valorisée et non la vitesse et le gaspillage d’énergie. La recherche vers la voiture de demain est le fruit de la modélisation et de gros calculateurs, pas de la F1.

Dans le contexte actuel, le Collectif Flins sans F1 est favorable à un investissement massif dans ce bassin d’emploi de façon à aider le secteur automobile à faire face aux défis de demain mais sans circuit de F1. Il faut également diversifier les activités dans des domaines d’avenir respectueux de l’environnement afin de rendre l’emploi moins vulnérable. Cet investissement doit être accompagné d’une politique vigoureuse de formation professionnelle.

Le Collectif Flins sans F1 appelle à la mobilisation car rien n’est joué.

Lionel PRIMAULT
Coordinateur Grenelle de l'environnement
Alliance pour la Planète
http://www.lalliance.fr/
01 55 25 84 35
06 20 60 19 40

#  Modifé le 03/03/2009 à 11h40.

Lancement officiel du Réseau Environnement Santé

Dans le cadre du lancement officiel du Réseau Environnement Santé une conférence de presse est organisée le 3 mars 2009 à Paris pour alerter sur les risques sanitaires engendrés par le Bisphénol A :

Le Réseau Environnement Santé

Le RES est lancé sous l'égide de l'Alliance pour la Planète et plus particulièrement des ONG suivantes : WWF France, Fondation Sciences Citoyennes, MDRGF, Fac Verte, Objectif Bio et Nord Ecologie Conseil. Les autres membres fondateurs sont respectivement des associations de professionnels de la santé et des associations de malades et de victimes : la CNMSE (Coordination Nationale Médicale Santé Environnement), le C2DS (Comité pour le Développement Durable en Santé) et SOS MCS (Association des Personnes atteintes du Syndrome d’Hypersensibilité Chimique Multiple).

« Alerte sur le Bisphénol A dans les plastiques alimentaires »

Avec les interventions de :
  • Serge Orru (WWF-France)
  • André Cicolella, (Fondation Sciences Citoyennes)
  • François Veillerette (MDRGF)
  • Patrice Halimi (Association Santé Environnement France)
  • Francis Glemet, CNMSE (Coordination Nationale Médicale Santé Environnement)
Grands témoins :
  • Jean Paul Jaud, réalisateur du film « Nos enfants nous accuseront »,
  • Charles Sultan, professeur en endocrinologie pédiatrique.
La conférence de presse :

Mardi 3 Mars 2009 à 10h30, sur la péniche « Six-Huit », 6-8 Quai de Montebello Paris 5ème, au pied de Notre-Dame de Paris

Comment se rendre à la conférence de presse ?
  • Metro : Ligne 4 Saint Michel ou Cité et ligne 10 Maubert-Mutualité
  • Stations Velib’ : 10 rue d’Arcole, 6 rue du Fouarre et 42 rue Saint Séverin
Merci de confirmer votre présence avant le 27 février auprès de :
  • Soléane Duplan, coordinatrice du RES - Tél. : 06 70 07 84 87 - Mel : res.contact@free.fr
  • Béatrice Jouenne, attachée de presse WWF-France – Tél. : 01 55 25 84 70 - Mel : bjouenne@wwf.fr
Les réseaux européens HEAL (Health And Environment Alliance) et WECF (Women in Europe for Common Future) soutiennent le RES.

Page précédente