Attention
Cette page est une version archivée du site de l'Alliance Saison 1.
Les informations ici publiées ne sont plus mis à  jour.
Afin de connaitre l'actualités de l'Alliance pour la planète Saison2 veuillez vous rendre à  l'adresse
http://lalliance.fr

  1. Page d'accueil
  2. Actions
  3. Action OGM

#  Modifé le 07/06/2007 à 14h41.

OGM : Propositions de l'Alliance

OGM

OGM : stop au maïs transgénique (pilote : Arnaud Apotheker, Greenpeace - Adélaïde Colin, Greenpeace).

La mise en place d'un moratoire sur les cultures expérimentales et commerciales d'OGM en plein champs, à commencer par un moratoire immédiat sur le maïs MON810, tant que les dispositions suivantes ne seront pas intégrées dans le projet de loi.

Lire la suite de l'article : OGM : Propositions de l'Alliance

#  Modifé le 07/06/2007 à 14h30.

Les 10 « Idées reçues » sur les OGM

Les 10 « Idées fausses reçues » sur les OGM

Etre contre les OGM c’est être contre le progrès.
Les OGM /Médicaments, comment peut on être contre quand il s’agit de sauver des milliers de vie !
Grâce aux OGM on va résorber les problèmes de faim dans le monde.
Les OGM si c’était mauvais cela se saurait : les américains en mangent depuis plus de 20 ans et ils n’en meurent pas.
Le combat des OGM n’est il pas déjà dépassé ; n’est ce pas déjà trop tard ?
Grâce aux OGM on utilise moins de pesticides et /ou d’herbicides.
...

Lire la suite de l'article : Les 10 « Idées reçues » sur les OGM

#  Modifé le 30/03/2007 à 18h01.

Opération Prends-en de la graine


Un grain de maïs
pour Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy, en dépit de ses critiques vis-à-vis des OGM, ne s’est toujours pas engagé en faveur d’un moratoire sur les cultures en champ.

Son engagement dépend aussi de votre mobilisation !

Envoyez-lui par la poste un grain de maïs non OGM accompagné de votre demande.

Voir le message type à lui envoyer

Voter pour notre question sur les OGM sur le site debat-sarkozy.fr

#  Modifé le 21/03/2007 à 12h08.

Nicolas Sarkozy refuse de se prononcer sur la question du moratoire sur les cultures d'OGM en plein champ

Paris, le 9 mars 2007 - Interpellé à plusieurs reprises ce matin, lors de sa visite au Salon de l'Agriculture, par les militants des associations de défense de l'environnement regroupées au sein de l'Alliance pour la planète, Nicolas Sarkozy a choisi de ne pas se prononcer sur la question du moratoire sur les cultures d'OGM en plein champ.
Les militants lui ont donné un petit pot de maïs transgénique. Ils lui ont offert un badge « OGM, j'enveux pas » et fait voler des ballons jaunes portant l'inscription « Moratoire sur les OGM ? » ... Rien n'y a fait. Nicolas Sarkozy s'est contenté de leur répondre : « Je vous écrirai ».

« Comment Nicolas Sarkozy peut-il à ce point refuser d'entendre ce que réclame la quasi totalité des Français, déclare Chantal Jaquet, de l'Alliance pour la planète. S'engager en faveur d'un moratoire sur les cultures d'OGM en plein champ serait la seule façon de traduire en actes concrets ses récentes déclarations. Tout autre prise de position serait le signe d'un soutien au développement des cultures transgéniques. » Aucun représentant de l'UMP ne s'est d'ailleurs rendu sur le stand de l'Alliance pour la planète. « Voilà qui en dit long sur l'intérêt réel que ce candidat et ce parti portent à l'environnement et aux questions qui préoccupent les Français », note Chantal Jaquet.

Ce silence assourdissant isole Nicolas Sarkozy sur la scène politique, car désormais tous les candidats à l'élection présidentielle sauf lui se sont engagés à prendre un moratoire sur les cultures d'OGM enplein champ. Et cette position est loin de faire l'unanimité au sein même de l'UMP, dernier parti à nepas avoir opté pour une ligne claire.
Hier jeudi 8 mars, depuis le Salon de l'agriculture, la ministre UMP de l'Ecologie Nelly Olin a confié qu'elle soutenait la demande de moratoire sur les OGM. Contrairement à son collègue de l'Agriculture, Dominique Bussereau, qui a confirmé son opposition à une telle mesure et la publication prochaine de décrets transposant la directive européenne sur les cultures d'OGM. « Il est insupportable de voir le gouvernement esquiver ainsi le débat démocratique et nous imposer les OGM, déclare Yannick Jadot, directeur des campagnes de Greenpeace France. C'est à se demander qui et que défendent Nicolas Sarkozy et l'UMP, alors qu'une large partie des députés, presque tous les Français, une forte majorité d'agriculteurs demandent simplement l'application du principe de précaution »Un moratoire sur les cultures expérimentales et commerciales d'OGM en plein champ, à commencer par le maïs transgénique MON810, correspond au souhait de 86 % des Français qui réclament une interdiction temporaire ou définitive des OGM (sondage CSA / Greenpeace, septembre 2006). Même chez les agriculteurs, l'opposition aux OGM est largement majoritaire : 62 % des agriculteurs souhaitent que le futur président de la République décide un moratoire (sondage Ifop/Fiducial/JDD,février 2007). C'est aussi l'une des 24 propositions au regard desquelles L'Alliance pour la planète a attribué des notes aux candidats. Ce classement est disponible et actualisé sur le site politique de l'Alliance.


Contacts :
  • Yannick Jadot, directeur des campagnes de Greenpeace France : 06 08 68 27 85
  • Adélaïde Colin, Greenpeace France : 06 84 25 08 25

Associations de l'Alliance engagées dans cette action :
Yann Arthus Bertrand Good Planet - Green Peace France - WWF France - Action consommation - Age de faire - Agir pour l'Environnement - AGRISUD - Les Amis de la terre - ACS (Association de Coopération Sociétale)- APREIS - Blue initiative - Cheminements - CollecT-IF - CRIIGEN - Collectif Ecomédecine - CNIID - Ecolo Café - Ecologie sans frontière - L'Europe des consciences - Le Festival du vent - GoodPlanet - Intelligence verte - Le Grit et la lettre transversale - GIET - MDRGF - Objectif Bio - Prologue - Syndicat Simple - Sibylline - Tchendukua

#  Modifé le 17/03/2007 à 18h03.

Un maïs autorisé à la consommation montre des signes de toxicité hépatique et rénale

Paris le 14 mars 2007

Un maïs autorisé à la consommation montre des signes de toxicité hépatique et rénale ; ces éléments sont suffisants pour exiger un moratoire sur toutes les cultures d'OGM en plein champ

A la suite de cette révélation l'Alliance pour la planète se félicite de sa prise de position en faveur d'un moratoire sur la culture d'OGM en plein champ et notamment le maïs MON863 et son interpellation des candidats à la présidentielle sur le sujet.

A la demande de Greenpeace Allemagne, le Criigen* a réalisé une contre expertise du dossier de demande d'autorisation réalisé par la compagnie Monsanto sur des rats nourris au maïs OGM (MON 863) pendant 3 mois. C'est ce dossier qui a permis la mise sur le marché du maïs MON863 dans de nombreux pays.

Le maïs MON863 est un maïs OGM qui produit un insecticide nouveau appelé « Cry3Bb1 modifié ». Il contient également un gène marqueur de résistance à un antibiotique ; il est destiné à lutter contre « la chrysomèle », un insecte (coléoptère, Diabrotica virgifera) ravageur du maïs ; il est à noter que ce parasite était absent d'Europe jusqu'alors ; il a été introduit récemment, probablement en avion, coïncidence ou non, au moment ou était testé le maïs MON 863.

En 2003, en France, naissait une controverse et un désaccord des experts sur le « MON863 » ; dès cette époque, le Criigen avait demandé la communication des données brutes de l'étude réglementaire de Monsanto auprès du gouvernement français, allant jusqu'à interpeller la CADA. Ces données ont été gardées confidentielles alors que la directive européenne 2001/18 indique que les effets sur la santé et l'environnement ne relèvent pas du secret industriel. Il est vrai que la directive européenne 2001/18 n'a jamais été transposée en droit français ! Il a fallu que Greenpeace Allemagne gagne en cours d'appel contre Monsanto pour obtenir un rapport de 1130 pages sur papier comprenant notamment les analyses de sang et d'urine des rats.

Greenpeace Allemagne a confié l'étude du rapport à une équipe du Criigen composée du professeur G.E Séralini (université de Caen) chercheur sur les pesticides et expert gouvernemental sur les OGM, du Dr. D. Cellier (université de Caen) biostatisticien et du Dr. Joël Spiroux de Vendomois, médecin, expert des risques environnementaux sur la santé. ll en résulte que chez les femelles il y a prise de poids, augmentation significative du sucre et des graisses dans le sang, augmentation relative du foie et des dérèglements du fonctionnement rénal. Les mâles, au contraire, maigrissent, ils sont plus sensibles au niveau des reins et les analyses d'ions sont perturbées dans les urines.

Les scientifiques du Criigen se posent la question suivante :
Pourquoi les autorités n'ont-elles pas exigé :

  • Une expertise indépendante des données statistiques réalisées par Monsanto
  • Le renouvellement et la prolongation des expériences qui avaient fait débat dés 2003
  • De faire doser les hormones sexuelles qui, au regard des différents effets selon le sexe peuvent être perturbées.

L' étude référence est publiée en ligne par la revue américaine Archives of environnemental contamination and toxicology ; www.springerlink.com/content/1432-0703 Elle sera imprimée en Mai. L'éditeur est le Dr. Doerge de la Food and Drug Administration.

L'Alliance va de nouveau interpeller le ministre de l'Agriculture à propos du décret qu'il doit publier pour contourner les contraintes parlementaires au sujet des OGM. La parution de ce décret serait un acte irresponsable.

Sites de référence :
  • Criigen : Comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie génétique
    Présidente : C. Lepage ; criigen.org
  • Greenpeace France : http://www.greenpeace.org/france/
    Contacts : A. Apoteker : 06.07.57.31.60

#  Modifé le 12/03/2007 à 10h25.

Démocratie et OGM selon Monsieur Bussereau

Le 8 mars 2007 au salon de l'agriculture M. Bussereau (Ministre de l'Agriculture et de la Pêche) accompagné de M. Raffarin, donne sa position sur la culture des OGM à Chantal Jaquet représentante de l'Alliance.


#  Modifé le 12/03/2007 à 10h25.

Salon de l'agriculture : réponses des candidats au moratoire sur les OGM

Salon de l'agriculture

LES CANDIDATS REPONDENT A L'ALLIANCE A PROPOS DU MORATOIRE SUR LES CULTURES OGM EN PLEIN CHAMPS

Paris le 6 Mars - Les associations de défense de l'environnement regroupées au sein de l'Alliance pour la planète et qui ont demandé un moratoire sur toutes les cultures d'OGM en plein champs se félicitent de l'engagement en faveur de ce moratoire de :
François Bayrou qui a confirmé a l'Alliance, en public, lors de sa visite au salon de l'Agriculture, le 6 Mars à Anne Bringault, directrice des amis de la terre, Pascal Husting directeur de Greenpeace, Chantal Jaquet responsable du groupe OGM au sein de l'Alliance, Serge Orru, directeur de WWF - France
« Je viens de me prononcer publiquement pour un moratoire sur les OGM » nous a dit François Bayrou - « Merci pour les 86% de Français et les 62% d'agriculteurs qui réclament une interdiction des OGM » lui a répondu Chantal Jaquet.

Corinne Lepage quand à elle a confirmé et signé au stand de l'Alliance la proposition pour un moratoire.
« Cela correspond à l'action que je mène de longue date contre la culture d'OGM en plein champs au sein du Criigen a affirmé la candidate, et je félicite l'Alliance pour son combat ».

L'engagement de François Bayrou fait de Nicolas Sarkozy le seul candidat à l'élection présidentielle à ne pas s'être engagé en faveur d'un moratoire sur les cultures d'OGM en plein champ. Pour l'instant le contrat de législature 2007 - 2012 de l'UMP se contente de préconiser : « Ne pas accepter l'utilisation des OGM en l'état des connaissances scientifiques, mais poursuivre la recherche et associer tous les partenaires (chercheurs représentants des agriculteurs, associations de défense de l'environnement....) à son contrôle et à son évaluation » Nicolas Sarkozy ne récolte qu'un 9/20 selon le système de notation des candidats établi par l'Alliance pour la planète. « La seule traduction crédible de la position encore très floue de l'UMP serait la proposition d'un moratoire sur les cultures en plein champ d'OGM » affirme Arnaud Apoteker de Greenpeace France. « Toute autre stratégie constituerait une validation de fait des cultures d'OGM en France ».

En l'absence de certitude sur l'innocuité des OGM, un moratoire sur les cultures transgéniques en milieu ouvert constitue la seule et unique manière d'empêcher la contamination des cultures conventionnelles et bio, la dissémination des OGM dans l'environnement et leur introduction dans la chaine alimentaire. En vertu de l'article 23 de la directive européenne 2001/18, la France a la possibilité de mettre en place une clause de sauvegarde spéciale sur le maïs MON810 ; Elle peut le faire immédiatement, sans attendre d'avoir transposé la directive - elle a déjà fait valoir cet article 23 en 2003, pour obtenir la prolongation de l'interdiction du Colza OGM décidée en 1998.


Contacts :
  • Arnaud Apoteker, responsable de la campagne OGM de Greenpeace France : 06 07 57 31 60
  • Adélaïde Colin, Greenpeace France : 06 84 25 08 25

Associations de l'Alliance engagées dans cette action :
Yann Arthus Bertrand Good Planet - Green Peace France - WWF France - Action consommation - Age de faire - Agir pour l'Environnement - AGRISUD - Les Amis de la terre - ACS (Association de Coopération Sociétale)- APREIS - Blue initiative - Cheminements - CollecT-IF - CRIIGEN - Collectif Ecomédecine - CNIID - Ecolo Café - Ecologie sans frontière - L'Europe des consciences - Le Festival du vent - GoodPlanet - Intelligence verte - Le Grit et la lettre transversale - GIET - MDRGF - Objectif Bio - Prologue - Syndicat Simple - Sibylline - Tchendukua

#  Modifé le 12/03/2007 à 09h49.

Action OGM : L'Alliance au salon de l'agriculture

Communiqué de presse - mars 2007

L'Alliance pour la planète demande aux candidats à la présidentielle à s'engager pour un moratoire sur les cultures d'OGM en plein champ.


Paris, le 1er mars 2007 - Dans un courrier envoyé la semaine dernière, l'Alliance pour la planète a invité les candidats à l'élection présidentielle à se rendre sur le stand qu'elle va animer durant le Salon de l'agriculture.


Les responsables de l'Alliance pour la planète attendent les candidats à la présidentielle, durant toute la durée du Salon de l'agriculture, sur le stand d'Objectif bio, situé Hall 3, stand C17, allée H

Les candidats à l'élection présidentielle sont invités à venir y clarifier - ou confirmer - leur position sur la mise en place d'un moratoire sur les cultures expérimentales et commerciales d'OGM en plein champ, à commencer par un moratoire immédiat sur le maïs MON810.

Ce moratoire sur les cultures d'OGM en plein champ correspond au souhait de 86 % des Français qui réclament une interdiction temporaire ou définitive des OGM (sondage CSA/Greenpeace, septembre 2006). Il est l'une des 24 propositions au regard desquelles L'Alliance pour la planète a attribué des notes aux candidats. Ce classement est disponible et actualisé sur www.lalliance.fr. Le moratoire a également été réclamé par les participants aux Etats généraux d'Orléans les 26 et 27 février, qui se sont engagés à diffuser massivement l'appel pour « un printemps sans OGM » auprès des élus et responsables de collectivités (à lire sur www.moratoireogm.fr). En l'absence de certitude sur l'innocuité des OGM, un moratoire sur les cultures transgéniques en milieu ouvert constitue la seule et unique manière d'empêcher la contamination des cultures conventionnelles et bio, la dissémination des OGM dans l'environnement et leur introduction dans la chaîne alimentaire. En vertu de l'article 23 de la directive européenne 2001/18, la France a la possibilité de mettre en place une clause de sauvegarde spéciale sur le maïs MON810. Elle peut le faire immédiatement, sans attendre d'avoir transposé la directive - elle a déjà fait valoir cet article 23 en 2003, pour obtenir la prolongation de l'interdiction du colza OGM décidée en 1998.

Aujourd'hui, deux candidats seulement ne se sont pas encore engagés à mettre en place un moratoire sur les cultures d'OGM en milieu ouvert :
  • Nicolas Sarkozy. Le candidat de l'UMP se dit « sceptique sur les vrais avantages des OGM » mais il « n'écarte pas l'hypothèse qu'ils s'avèrent un jour vraiment utiles à la société ». Il est favorable à l'expérimentation des OGM en plein champ, à condition qu'« elle s'accompagne d'un encadrement strict et transparent ». Insuffisant pour l'Alliance, qui ne lui donne que 9/20.
  • François Bayrou. Dans son programme, le candidat de l'UDF affirme vouloir mettre en place un vrai débat « sous l'égide par exemple de l'Académie des sciences », « sur les effets réels des OGM ». Or comment mener un tel débat sans prendre avant un moratoire et alors que l'on continue à cultiver des OGM en plein champ, et donc à polluer l'environnement ? L'Alliance ne lui attribue que 8,5/20.

A ce jour, tous les candidats ont bien accusé réception de l'invitation lancée par l'Alliance, sans toutefois confirmer qu'ils passeront sur le stand, au Salon de l'agriculture. L'Alliance rendra publiques leurs réponses - comme leur silence.


Contacts :
  • Arnaud Apoteker, responsable de la campagne OGM de Greenpeace France : 06 07 57 31 60
  • Adélaïde Colin, Greenpeace France : 06 84 25 08 25

Associations de l'Alliance engagées dans cette action :
Yann Arthus Bertrand Good Planet - Green Peace France - WWF France - Action consommation - Age de faire - Agir pour l’Environnement - AGRISUD - Les Amis de la terre - ACS (Association de Coopération Sociétale)- APREIS - Blue initiative - Cheminements - CollecT-IF - CRIIGEN - Collectif Ecomédecine - CNIID - Ecolo Café - Ecologie sans frontière - L’Europe des consciences - Le Festival du vent - GoodPlanet - Intelligence verte - Le Grit et la lettre transversale - GIET - MDRGF - Objectif Bio - Prologue - Syndicat Simple - Sibylline - Tchendukua

#  Modifé le 05/03/2007 à 01h33.

Questions soulevées par l'utilisation des OGM

Les OGM commerciaux, à la différence de ceux utilisés en milieux confinés comme outils de recherche fondamentale, soulèvent des questions dans les domaines économiques, sanitaires, environnementaux et éthiques, au niveau national comme international.
L'Alliance pour la planète a identifié des problèmes majeurs et a rédigé un ensemble de propositions qui devraient guider la rédaction d'une loi qui protège vraiment les citoyens et l'environnement de la contamination génétique.
Fondée en mars 2006, L'Alliance pour la planète (lalliance.fr) rassemble un grand nombre d'organisations (plus d'un million d'adhérents) qui agissent dans divers domaines : environnement, humanitaire, social, agriculture, sciences, droit, consommation, syndicalisme.

Remarque : cette article est tiré de l'argumentaire envoyé le 15/02/2007 aux candidats à l'élection présidentielle 2007

Lire la suite de l'article : Questions soulevées par l'utilisation des OGM

#  Modifé le 16/02/2007 à 13h40.

Lettre Adressée au gouvernement : OGM / directive européenne 2001/18

Paris, le 13 Février 2007

Arnaud Apoteker
Greenpeace France
22 rue des Rasselins
75020 Paris
06 07 57 31 60

A l'attention de ...
Ministre...

Monsieur le ministre,

De nombreux risques potentiels n'ayant toujours pas été évalués par une expertise contradictoire et indépendante, la France n'a toujours pas transposé la directive européenne 2001/18 relative aux conditions de culture et de mise sur le marché des organismes génétiquement modifiés (OGM), risquant ainsi des poursuites par la cour de Justice européenne. Et vu le calendrier parlementaire, il paraît peu probable qu'une discussion parlementaire sérieuse sur le sujet puisse encore avoir lieu.

Contrairement à Christian Pees, président d'Euralis, une des principales coopératives du sud-ouest, qui a déclaré il y a quelques jours dans la presse : « si toute une série de contraintes réglementaires sont levées, le groupe Euralis pourrait développer fortement les cultures de maïs OGM qu'il a déjà commencé à implanter dans le sud Ouest de la France », l'Alliance pour la planète demande un moratoire immédiat sur toutes les cultures d'OGM avant les semis de Printemps. Cette demande est en adéquation avec celle exprimée par les 86 % de Français qui souhaitent l'interdiction des OGM (sondage CSA/Greenpeace, septembre 2006).

En effet, les membres de l'Alliance s'inquiètent que les pressions, aussi bien de la Commission européenne que des industries semencières, ne poussent le gouvernement à éviter le débat parlementaire et à « légaliser » la situation par décrets. Les membres de l'Alliance seront extrêmement vigilants, dans les semaines à venir, quant à une éventuelle levée des contraintes réglementaires par décrets du gouvernement. Ils mettront tous les moyens en oeuvre, y compris juridiques, pour contrecarrer ces décrets et informer largement le grand public sur ce qui constituerait, à leurs yeux, un « déni de démocratie ».

Fondée en mars 2006, l'Alliance pour la planète (www.lalliance.fr) rassemble un grand nombre d'organisations, qui représentent plus d'un million d'adhérents et agissent dans divers domaines : environnement, humanitaire, social, agriculture, sciences, droit, consommation, syndicalisme.

Veuillez recevoir, monsieur le ministre, l'expression de nos salutations distinguées

Chantal Jaquet et Arnaud Apoteker
Animateurs de l'atelier OGM de l'Alliance

Associations de l'Alliance engagées dans cette action :
Greenpeace France - WWF France - Action consommation - Age de faire - Agir pour l'Environnement - AGRISUD - Les amis de la terre - AJH Societal - APREIS - Blue initiative.org - Cheminements - CollecT-IF - CRIIGEN - Ecolo Café - Ecologie sans frontière - L'Europe des consciences - Le Festival du vent - GoodPlanet - La ferme de Ste Marthe - Le Grit et la lettre transversale - GIET - MDRGF - Objectif Bio - Prologue - Syndicat Simple - Sibylline - Tchendukua

Lettre 13/02/07 adressée au gouvernement au format pdf

#  Modifé le 16/02/2007 à 13h34.

OGM et la directive européenne 2001/18

Bonjour,

Dans un courrier envoyé hier aux ministres français de l'Agriculture, de la Recherche et de l'Ecologie ainsi qu'au Premier ministre (une copie a été adressée au président de la République Jacques Chirac), l'Alliance pour la planète demande au gouvernement français de mettre en place immédiatement un moratoire sur les cultures d'organismes génétiquement modifiés (OGM), avant les semis du printemps 2007.

La France n'a toujours pas transposé la directive européenne 2001/18 relative aux conditions de culture et de mise sur le marché des OGM. Le gouvernement a finalement renoncé à soumettre à l'Assemblée nationale un projet de loi certes adopté par le Sénat en mars dernier, mais qui divise largement les députés et provoque une opposition massive de l'opinion publique. Cette non transposition de la directive européenne a une double conséquence : la France risque des poursuites de la part de le Cour de justice européenne et elle autorise aussi le développement cultures commerciales de maïs transgénique hors de tout cadre légal. En 2005, entre 500 et 1 000 hectares de maïs transgénique auraient été plantés ; 5 000 l'année dernière et pour cette année, tout laisse à croire que l'industrie des biotechnologies va poursuivre son coup de force. Daniel Chéron, directeur général de Limagrain, actionnaire majoritaire du semencier Vilmorin, prévoit ainsi que 30 000 hectares d'OGM seront mis en culture en 2007.

L'Alliance pour la planète craint aujourd'hui que le gouvernement français, cédant aux injonctions de la Commission européenne et au lobby des biotechnologies, n'impose par une série de décrets ce qu'il a renoncé à faire débattre par la représentation nationale. Début février, la multinationale Monsanto a fait parvenir à son réseau d'agriculteurs une lettre d'informations dans laquelle elle affirme que « le gouvernement prévoit de publier rapidement des décrets précisant les conditions d'utilisation des cultures génétiquement modifiées ». Et à la veille de l'assemblée générale d'Euralis, l'une des principales coopératives du sud-ouest, son président, Christian Pees, déclarait : « si toute une série de contraintes réglementaires sont levées, le groupe Euralis pourrait développer fortement les cultures de maïs OGM qu'il a déjà commencé à implanter dans le sud Ouest de la France » (voir les éditions du 7 février des quotidiens Sud ouest ou L'éclair des Pyrénées).

L'Alliance pour la planète considère qu'une levée des contraintes réglementaires par décrets du gouvernement constituerait un « déni de démocratie » scandaleux et inacceptable. Décidée à contrer cette offensive, l'Alliance demande donc au gouvernement français de mettre en place un moratoire immédiat sur toutes les cultures d'OGM avant les semis du printemps. Cette demande correspond à celle exprimée par 86 % des Français qui souhaitent une interdiction des OGM (sondage CSA/Greenpeace septembre 2006).

En pièce jointe, vous trouverez le modèle de la lettre adressée aux ministres. Nous nous tenons à votre disposition pour toute information supplémentaire.

Cordialement,
Adélaïde Colin, Greenpeace France : 06 84 25 08 25

Le communiqué de presse "ogm et directive europenne 2001/18" au format pdf

Les amis de la terre - AJH Societal - APREIS - Blue initiative.org - Cheminements - CollecT-IF - CRIIGEN - Ecolo Café - Ecologie sans frontière - L'Europe des consciences - Le Festival du vent - GoodPlanet - La ferme de Ste Marthe - Le Grit et la lettre transversale - GIET - MDRGF - Objectif Bio - Prologue - Syndicat Simple - Sibylline - Tchendukua